Ali Bongo Ondimba dresse le bilan de l’année 2021

0
448

Le Chef d’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a prononcé son traditionnel discours d’adresse à la nation hier. Il a souhaité une heureuse année 2022 à tous les Gabonais. Ce fut également l’occasion de faire le bilan de l’année écoulée.

2021 a été selon le numéro un gabonais, une année riche en réalisations. Ce grâce à la mise en œuvre du Plan d’accélération de la transformation (PAT 2021-2023). La plupart des secteurs de la vie quotidienne des Gabonais ont été touchés. Il s’agit entre autres des domaines de l’énergie, de l’eau, des infrastructures, de l’éducation, etc.

Au cours de cette année, le pays est devenu plus attractif grâce à l’amélioration de sa note souveraine. De nombreux investisseurs se sont pressés pour s’installer au Gabon. Des projets phares comme celui de la mine de Belinga ont été relancés.

Sur le plan social, la lutte contre les inégalités femme-homme s’est intensifiée. Le Gabon est considéré comme un leader africain et international en la matière. La Fondation de la première dame, Sylvia Bongo Ondimba a joué un rôle capital dans cette remarquable avancée. La lutte pour la protection des enfants reste une priorité, a rappelé le Chef d’État. À travers cette déclaration, il fait allusion au scandale de pédophilie qui se déroule actuellement dans le football gabonais.

En matière de diplomatie, le Gabon a rencontré un grand succès. Il a pris part à la COP 26 en tant qu’un leader international de la lutte contre les changements climatiques. Il a été élu membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU), et commence son mandat dès aujourd’hui. Le pays pourrait adhérer au Commonwealth au cours de 2022.

Le président de la République a invité les Gabonais à considérer et se réjouir des réalisations positives effectuées par le pays au cours de 2021. Il serait inutile selon lui de se focaliser uniquement sur ce qui ne marche pas. « Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse », a-t-il déclaré.

Leave a reply