Covid-19 : le président de l’Assemblée nationale se prononce sur l’affaire Copil citoyen-Etat gabonais

0
419

Le président de l’Assemblée nationale Faustin Boukoubi vient de donner son point de vue sur le conflit d’intérêts entre le Copil citoyen et le gouvernement gabonais. Selon lui, la société civile n’a aucune raison de critiquer la réaction de son institution face à l’annulation des arrêtés de l’État. « Le contrôle et l’évaluation par les députés sont exercés à posteriori. Ce qui signifie que ce n’est pas qu’après que les arrêtés ont été pris que les députés auraient pu réagir », a déclaré l’autorité. C’était lors d’une interview qu’il a accordée au quotidien l’Union.

Depuis plusieurs semaines, l’Assemblée nationale est accusée de « mutisme » par la société civile. En effet, un groupe dénommé Copil citoyen avait effectué des recours contre les arrêtés n° 0559/PM et n° 0685/PM pris par le gouvernement. Lesdits textes fixaient les mesures de prévention, de lutte et de riposte contre le covid-19 au Gabon.

La loi 003/2020 du 11 mai 2020 fixant les mesures de prévention, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires, stipule que le gouvernement doit sans délai informer l’Assemblée nationale des mesures prises. D’après Faustin Boukoubi, dans le cas des arrêtés mis en cause, l’institution qu’il dirige n’a pas eu le temps d’agir. « Lorsque vous voyez l’heure à laquelle ils ont été pris, vous imaginez notre difficulté. C’est vous dire que nous ne pouvons pas agir spontanément sur les prérogatives qui ne sont pas les nôtres », explique-t-il. 

Leave a reply