Dépravation des mœurs dans les lycées : La justice gabonaise a tranché 

0
1021

Après le scandale des vidéos obscènes de lycéens qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, la justice a décidé d’intervenir. Les mis en cause ont été présentés au Procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville cette semaine. Il s’agit des filles et garçons du Lycée technique et les filles du Lycée Djoué Dabany identifiés dans les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

À l’issue de cette présentation judiciaire, le juge a pris les décisions ci-après. Les filles du Lycée Djoue Dabany (LDD) inculpées pour atteinte aux bonnes mœurs ont été remises en liberté. Celles du Lycée Technique ont également été libérées avec un  avertissement. Leur faute serait moins grave puisqu’elles s’étaient abstenues de diffuser des vidéos. En revanche, les élèves filles et garçons du Lycée Technique qui exécutaient des chants injurieux dans le taxi bus ont été inculpés pour outrage au Président gabonais. Ils ont été relâchés mais resteront sous contrôle judiciaire. 

Les adminitrations desdits établissements n’ont encore appliqué aucune sanction puisque les conseils de discipline n’ont pas encore eu lieu même si de fausses informations circulant sur Internet indiquent que les élèves inculpés seraient suspendus des cours pendant trois ans. 

Néanmoins, en reaction aux violences suscitées entre les lycées après la réalisation de ces vidéos, le ministre de l’Éducation, Patrick Mouguiama Daouda a exigé la fermeture du Lycée Technique et du collège d’Owendo. Cette mesure qui a pris effet le vendredi 29 janvier après les cours du soir vise à donner leçon aux autres élèves des autres établissements.

Leave a reply