Fête nationale : Le porte-parole de la Présidence revient sur le discours d’Ali Bongo

0
43
Jessye1

Le porte-parole de la Présidence de la République, Jessye Ella Ekogha, est revenu sur le discours du chef de l’État pour en expliquer le bien-fondé. Mardi dernier, veille de la fête nationale, Ali Bongo Ondimba s’est exprimé face à la Nation. Au cours de son allocution, il a fait plusieurs annonces ayant trait à l’épanouissement de la population gabonaise. Il a mis un accent très particulier sur la création d’emplois. Il a d’ailleurs annoncé, à l’occasion, que 100 000 auto-entrepreneurs seront créés au cours des prochains mois.

« L’emploi, disait-il, c’est la clé de voûte de mon projet, mon absolue priorité ». Cette ambition du chef de l’État permettra au Gabon de s’affirmer sur l’un des terrains les plus importants et indispensables au développement durable en Afrique : la lutte contre le chômage. Le continent noir abrite des pays ayant les taux de chômage les plus élevés au monde. Deux pays africains (l’Afrique du Sud et le Lesotho) figuraient au Top 3 des pays les plus touchés par le chômage en 2017, selon les données du site de l’Atlas sociologique mondial. L’Afrique du Sud, première puissance industrielle d’Afrique, est même devenue le premier du classement depuis mi-2021.

En luttant véritablement contre le chômage, le Gabon créera suffisamment d’emplois, et par ricochet, assez de richesses, pour atteindre l’autonomie financière et économique. « Pour être indépendant, un pays doit être fort en dehors de ses frontières, mais aussi -et surtout- agir pour le bien-être de ses populations. C’est pourquoi, dans son discours, le président Ali Bongo Ondimba a insisté sur l’emploi » explique Jessye Ella Ekogha.

Le chef de l’État a également, poursuit-il, insisté sur la lutte contre la cherté de la vie. C’est d’ailleurs pour combattre cette dernière qu’il (le président) a pris plusieurs mesures pour soulager les Gabonais (es) en cette période de crise mondiale. Les subventions accordées sur les produits de base tels que le pain, le carburant, etc, ont permis aux populations, notamment aux plus défavorisées, de continuer à s’approvisionner en ces denrées. Elles ont, par exemple, permis d’éviter que les prix de l’essence et du gasoil ne flambent à 1000 FCFA/litre. Preuve de l’engagement du chef de l’État à la cause de ses compatriotes.

Leave a reply