Hydrocarbures et Mines : Le Gabon prévoit réintégrer l’ITIE

0
433

Le 03 mai dernier, s’est tenue la première session ordinaire du groupe multipartite de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE). Cette séance de travail s’inscrit dans le cadre des travaux devant conduire au dépôt du dossier de candidature de réintégration du Gabon à l’ITIE. Plusieurs représentants de l’administration publique, de la société civile et des industriels des secteurs des hydrocarbures et des mines y ont pris part. 

Au cours de l’atelier, les participants se sont essentiellement penché sur la méthode de travail et les actions adéquates à mener pour maximiser les chances de réintégration du pays à l’ITIE. Il ressort des échanges que le Gabon satisfait aux exigences de la norme ITIE. Selon Léontine Tania OYOUOMI LOUMBOU Epse BIBEY, la Présidente de ITIE-Gabon, la norme ITIE 2019 requiert une gouvernance inclusive et une participation effective pleine de toutes les parties prenantes.

L’objectif des autorités est d’inclure toutes les parties prenantes dans la lutte pour une gestion plus transparente des secteurs des hydrocarbures et des mines. Aussi, la partie civile doit-elle jouer un rôle capital dans le processus de redistribution équitable des richesses. « L’implication de la société civile au sein du processus, même au niveau du conseil d’administration de l’ITIE à Oslo et à travers la coalition Publiez ce que vous Payez, est très importante » , a déclaré Georges Mpaga, un membre de la société civile.

Les citoyens gabonais ont pour mission de veiller à la gestion transparente des revenus du secteur extractif. D’après Georges Mpaga, cette implication de la société civile va permettre de renforcer la lutte contre les inégalités et la « malédiction des matières premières ».

L’ITIE est une norme mondiale qui œuvre pour la promotion d’une gouvernance ouverte et redevable des ressources pétrolières, gazières et minérales.

Aussi, la partie civile doit-elle jouer un rôle capital dans le processus de redistribution équitable des richesses. « L’implication de la société civile au sein du processus, même au niveau du conseil d’administration de l’ITIE à Oslo et à travers la coalition Publiez ce que vous Payez, est très importante », a déclaré Georges Mpaga, un membre de la société civile.

Les citoyens gabonais ont pour mission de veiller à la gestion transparente des revenus du secteur extractif. D’après Georges Mpaga, cette implication de la société civile va permettre de renforcer la lutte contre les inégalités et la « malédiction des matières premières ».

L’ITIE est une norme mondiale qui œuvre pour la promotion d’une gouvernance ouverte et redevable des ressources pétrolières, gazières et minérales.

Leave a reply