Justice : Jean Rémy Yama accusé d’escroquerie et d’abus de confiance

0
280

Le gérant de la Société civile immobilière Serpentin, Jean Rémy Yama est accusé d’avoir escroqué et abusé de la confiance de ses collègues enseignants. Il leur aurait soutiré plusieurs millions FCFA. En contrepartie de cette somme, il devait leur fournir des biens immobiliers. Il ne les a jamais mis à disposition des propriétaires, ce que ces derniers lui réclament aujourd’hui.

Les faits remontent à 2000. L’État gabonais avait offert une parcelle d’une superficie de 37 hectares aux enseignants-chercheurs. Ladite parcelle est située à Akanda dans la province de l’Estuaire. Un collectif des membres du Syndicat National des enseignants-chercheurs voit ensuit le jour. S’en suit la création de la Société civile immobilière Serpentin. Jean Rémy Yama en est le gérant. En 2005, l’État décide d’allouer 3 milliards FCFA aux enseignants-chercheurs afin qu’ils se logent.

Seulement, au lieu de vendre les parcelles aux enseignants, Jean Rémy Yama les vend plutôt à des personnes hors dudit corps de métier. Plusieurs de ses collègues lui ont payé de fortes sommes d’argent sans jamais entrer en possession de leurs parcelles. C’est le cas d’Ekogho Thierry Blanchard, professeur de Physique atomique à l’Université des sciences de technique de Masuku (USTM).

En 2015, Ekogho Thierry Blanchard se rapproche de Jean Rémy Yama pour acquérir une villa de 40 millions FCFA. Depuis qu’il lui a fait le virement, il n’a jamais acquis la maison. « De 2015 jusqu’à ce jour, je ne suis jamais rentré en possession de la maison, malgré les 40 millions de crédit que je rembourse, monsieur Yama est tranquille » , témoigne le professeur de Physique atomique.

Selon certaines sources, le casier judiciaire du gérant de la Société civile immobilière Serpentin n’est pas vierge. Pour avoir lancé des projectiles sur des agents des forces de police nationale, il avait déjà passé 90 jours à la prison centrale de Libreville en 2016.

Leave a reply