Justice : La transmission volontaire du VIH est désormais punie au Gabon

0
521

Le noueau Code Pénal en vigueur au Gabon punit sévèrement le crime de transmission volontaire du Virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Ce virus est à l’origine du Syndrome d’immunodéficience acquise (Sida). L’objectif de cette initiative est de mettre fin à la propagation volontaire des maladies transmissibles et incurables au Gabon.

L’article 249 dudit Code prévoit une sanction de 15 ans d’emprisonnement contre l’auteur d’un tel acte. Le mis en cause devra également payer une amende pouvant aller jusqu’à 20 millions de FCFA. « Quiconque se sachant atteint par le VIH ou atteint de toute autre affection transmissible de nature à mettre gravement en danger la vie ou la santé d’autrui, contamine sciemment autrui, est puni de quinze ans de réclusion criminelle et d’une amende de 20.000.000 de francs au plus », peut-on y lire.

Cette mesure ne concerne pas les personnes séropositives qui prennent la peine d’employer des moyens de protection. La justice est consciente que de regrettables incidents peuvent survenir avant ou pendant l’acte sexuel. Le préservatif peut, par exemple être percé ou éclater durant le rapport. La décision finale revient au juge, apprend-on.

Les cas de contaminations volontaires de VIH sont fréquents ces derniers temps au Gabon. Des individus mal intentionnés de Libreville et des autres chefs-lieux de provinces se livrent à cette mauvaise pratique sexuelle.

Leave a reply