La situation administrative des agents de l’État régularisée grâce à la Première ministre

0
367

Douze mois après le lancement du plan de régularisation de la situation administrative des agents de l’État, c’est l’heure du bilan. Hier, ledit bilan a été présenté par la ministre de la Fonction publique, Madeleine Berre. C’était au cours d’une conférence de presse. De ce point, il ressort que le dossier a connu un coup d’accélérateur sans précédent. Ainsi, plusieurs agents de l’État peuvent avoir le sourire aux lèvres. C’est notamment grâce à la méthode mise en place par la première ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda.

À son arrivée à la primature, la Cheffe du gouvernement a pris en main le dossier qui traîne depuis 2019. Pour cela, elle a pris une série de mesures en vue de résoudre le problème. Notons qu’elles ont été prises dans un contexte marqué par le gel des recrutements au sein de la fonction publique. Parmi ces décisions, il y a l’arrêté instituant la Commission Interministérielle d’examen des dossiers de régularisation des situations administratives. Quelques jours plus tard, il est renforcé par une autre décision gouvernementale. Il s’agit de l’arrêté autorisant les régularisations des situations administratives des agents. Ces deux mesures ont été prises pour l’accompagnement du plan de régularisation 2020-2021.

D’après la ministre de la Fonction publique, ce plan est déjà exécuté à 77 %. De façon précise, il a permis la  régularisation de la situation administrative de près de 8 000 personnes sur plus de 9 000 envisagés. Pour y arriver, la Première ministre ne s’est pas contentée des mesures. Elle a mis à profit ses talents d’auditrice. C’est ce qu’a confirmé la porte-parole du gouvernement, Madeleine Berre.

D’après cette dernière, le gouvernement a dialogué avec toutes les parties prenantes. « Nous avons dialogué de manière permanente avec les partenaires sociaux », a souligné Madeleine Berre. Personnellement, la ministre a reçu certains partenaires sociaux dans son bureau. De plus, son département ministériel a agi sur instruction de la première ministre conformément aux textes définissant les modalités de recrutement à la Fonction Publique. Grâce à la diplomatie du gouvernement, les secteurs de l’Éducation et de la Santé ont pu renforcer leur personnel. Il faut noter que ces secteurs avaient été épargnés du gel des recrutements au sein de l’administration gabonaise.

Leave a reply