Le FAO charge le Gabon d’évaluer la déforestation et la dégradation des forêts en Afrique centrale

0
376

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a récemment sollicité le Gabon pour remplir une mission. Il s’agira pour l’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (Ageos) de mettre en œuvre un projet initié par l’institution. Ledit projet est intitulé « Estimation de la déforestation et de la dégradation des forêts et des facteurs directs actuels et historiques associés à ces processus à l’aide de Sepal ».

Le choix de l’organisation onusienne s’est porté sur le Gabon pour une raison principale. Le pays possède déjà des « cartographies d’occupation du sol des années de références 2015 et 2020 », apprend-on. Grâce à ses documents, l’Ageos élaborera une légende harmonisée des classes d’occupation du sol du Gabon. Pour ce faire, l’agence se servira de l’outil LCML/LCCS. Cet outil est un logiciel informatique en matière de forêt. L’outil LCML/LCCS permettra aux experts de créer « des classes cohérentes et facilement transposables à l’échelle sous régionale ».

La mission de l’Ageos va également consister à valider la cartographie d’occupation du sol 2020. Selon l’agence, cela se fera « à travers la production des données de validation en utilisant l’outil CollectEarth ». Pour finir, la déforestation et la dégradation des forêts seront estimées à partir d’une « analyse de série temporelle sur Sepal ». Il faut noter que le Sepal est une plateforme de surveillance forestière de la FAO.

Cette initiative vise essentiellement à mettre en place une « méthode globale, standard et à grande échelle d’estimation de la dynamique des forêts ».

En Afrique centrale, le Gabon est réputé pour être une référence en matière de gestion des forêts. Entre 2016 et 2017, le pays a séquestré près de 3,4 millions de tonnes de carbone.

Leave a reply