Le Français Rougier a définitivement cédé son unité de fabrication de contreplaqués d’Owendo

0
193

La société forestière française Rougier a récemment finalisé la cession de son usine d’Owendo. Elle s’est désormais entièrement désengagée de son activité industrielle de contreplaqués sur ledit site. Cette opération de cession a été définitivement bouclée, le 8 octobre dernier. La transaction s’est « accompagnée de la reprise totale des 188 salariés de l’usine », indique une note publiée par la société.

Aucune précision n’a été donnée sur le montant de la transaction ni sur les repreneurs. Une partie des fonds issus de la cession servira à financer le besoin en fonds de roulement de l’entreprise française. L’autre partie sera employée en désendettement bancaire. L’année dernière, les activités de Rougier avaient été considérablement affectées par la pandémie de Covid-19. D’après l’entreprise, au cours de l’exercice 2021, les choses rentrent progressivement dans l’ordre. Ces prévisions positives sont favorisées par « le recentrage stratégique de Rougier et son développement sur l’exploitation durable et certifiée de forêts naturelles au Gabon et en République du Congo, ainsi que sur la commercialisation internationale de bois tropicaux africains », apprend-on.

Rougier est installé au Gabon depuis 1952 et emploie près de 1200 personnes. La société exploite environ 895 000 ha de forêt pour une production de l’ordre de 300 000 m³ de grumes/an. Malgré la vente de sa part dans l’usine d’Owendo, Rougier envisage de continuer de commercialiser les contreplaqués okoumés certifiés FSC produits au Gabon en Europe. Ce, à travers sa filiale Rougier Afrique internationale.

Leave a reply