Le Gabon fait appel à Shared-X pour le développement de son secteur agricole

0
55
Agriculture_Gabon

Réduire de moitié la facture d’importations alimentaires du Gabon, c’est l’objectif que s’est fixé le ministère de l’Agriculture. Pour cela, le Chef du département ministériel, Charles Mve Ellah, a reçu, vendredi dernier, le bureau exécutif de l’entreprise Shared-X. Il a discuté avec la multinationale américaine sur un possible partenariat pouvant faire développer l’agriculture gabonaise.

Selon le compte rendu, l’organisation du secteur agricole était le principal point à l’ordre du jour de cette réunion. Celle-ci a permis au ministre de l’Agriculture d’évoquer une éventuelle introduction de nouvelles techniques et technologies dans le domaine. Spécialisé dans l’agriculture de biotechnologie, Shared-X pourra exécuter ce projet. Il mettra son expertise au service du développement agricole au Gabon.

Cette expertise, apprend-on, repose sur le modèle d’agriculture d’impact. Il s’agit d’une forme d’agriculture axée sur « l’impact des petits exploitants ». Dans le cadre du projet, ils représentent un énorme potentiel en ce qui concerne le développement des communautés locales. Avec le programme en vue, des petits exploitants seront sélectionnés. Ensuite, ils intégreront dans leurs pratiques les méthodologies de l’Impact Farming. Ils devront également souscrire aux programmes de durabilité environnementale, chère au Gabon.

Après cette étape, vient l’introduction des exploitants suivis sur les marchés afin qu’ils obtiennent des prix supérieurs. Aussi, faut-il ajouter, ils feront ces pas sous la direction de Shared-X. Grâce au futur projet, la multinationale américaine devrait s’engager à cultiver aux côtés des exploitants locaux. Il devra montrer l’exemple en ce qui concerne l’augmentation des rendements et le contrôle de la qualité.

À terme, ce partenariat vise l’autonomisation des petits exploitants agricoles et de leurs communautés. Il contribuera à la mise en œuvre du Plan d’Accélération de la Transformation (PAT) 2021-2023. Le gouvernement gabonais a lancé ce programme en janvier 2021.

Leave a reply