Le Gabon recherche un consultant pour l’évaluation finale du Prodece

0
193
Prodece

L’État gabonais recherche un consultant individuel pour réaliser l’évaluation finale du Projet de développement des compétences et de l’employabilité (Prodece). L’unité de coordination dudit projet a lancé à cet effet un avis à manifestation d’intérêt hier.

D’après les autorités, cette évaluation finale permettra d’examiner les objectifs initiaux du Prodece. « L’objectif de cette évaluation finale est d’analyser les objectifs initiaux du Prodece pour juger de leur pertinence au regard de la politique nationale en matière de formation et d’emploi, étudier le processus d’implantation et d’état d’avancement du projet », apprend-on. Elle va permettre d’identifier ses forces et ses faiblesses. Ainsi, des solutions adéquates seront trouvées pour remédier aux manquements.

Pour être éligibles, les consultants doivent disposer d’un certain nombre de qualifications. Ils doivent être titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur (minimum BAC + 5). Ce diplôme doit être obtenu dans l’un des domaines suivants : sciences économiques, politiques, gestion, économie du développement ou assimilé, statistiques, sociologie, audit, gestion de projets ou tout autre domaine équivalent.

Chaque candidat doit aussi avoir au moins 7 ans d’expérience dans le domaine de l’évaluation des projets et programmes financés ou cofinancés par les bailleurs de fonds (Banque mondiale, BAD, AFD, UE, PNUD, etc.). Il doit avoir réalisé au moins 3 missions d’évaluation de projets et programmes dans n’importe quel domaine d’activité. Il doit également avoir une expérience spécifique en évaluation de projets et programmes dans le domaine de l’éducation, de l’emploi ou de formation technique et professionnelle. Pour finir, il doit connaître les directives et procédures fiduciaires de la Banque mondiale en matière d’élaboration de rapports.

Le dernier délai de dépôt des candidatures est fixé au 29 juin prochain.

Pour rappel, le Prodece est financé via un prêt octroyé au Gabon par la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD).

Leave a reply