Le gouvernement gabonais souhaite encadrer l’exportation de l’Iboga

0
331

Le gouvernement gabonais compte réguler l’exportation de l’Iboga. Il s’agit d’une plante tropicale retrouvée au Gabon. Elle a longtemps été laissé pour compte au bénéfice d’une surexploitation non régulée. Pourtant elle se vend à plus de 2millions de FCFA le kilo au niveau international, selon les propos du ministre gabonais des eaux et forêts, Lee White. Ainsi, le Gabon s’est lancé dans une étude approfondie de la plante afin d’évaluer ses propriétés scientifiques.

Les travaux sont confiés à un cabinet « réputé ». Le gouvernement gabonais a engagé ces recherches grâce au soutien du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS). Cette étude à pour objectif d’assurer une meilleure gestion de la ressource, qu’elle soit brute ou dérivée. Puis elle permettra d’encadrer cette filière afin de tirer profit de son potentiel. « L’intention est d’exploiter l’ibogaïne, l’ingrédient actif de la plante Iboga », a indiqué le directeur général du FGIS, Akim Daouda.

Des brevets ont été déposés en raison des vertus médicinales de l’ibogaïne. La substance « pourrait servir contre les maladies telles que la maladie de Parkinson, ou bien l’Alzheimer », a déclaré Natacha Nssi Begone, directrice de la valorisation des produits forestiers au ministère gabonais des Eaux et Forêts. Cette molécule selon plusieurs études auraient des vertus thérapeutiques pour soigner des addictions. Elle est une puissante hallucinogène largement utilisée comme remède contre la toxicomanie. Au Gabon, l’Iboga est indissociable des cérémonies dites du « Bwiti », un rite traditionnel d’initiation.

Leave a reply