Le gouvernement lance le Programme d’accès à la citoyenneté dans le Moyen-Ogooué

0
78

Le Programme d’accès à la citoyenneté et protection sociale des apatrides s’étend désormais à la province du Moyen-Ogooué. Il y a été officiellement lancé samedi dernier par la ministre des Affaires sociales, Prisca Koho Nlend. Le ministre des Relations avec les Institutions Constitutionnelles, Denise Mekam’ne épouse Taty, et le gouverneur de la province du Moyen-Ogooué étaient présents à cette cérémonie.

Déployée sur l’ensemble du territoire national, l’initiative vise l’établissement de 1000 actes de naissance en moyenne aux Gabonais qui n’ont pas d’état-civil au Gabon. Elle ambitionne aussi l’enrôlement de ces derniers à la Caisse nationale d’assurance-maladie et de garantie sociale. « Je nous exhorte tous, à demeurer solidaires et continuer à soutenir le gouvernement à mener à terme ce programme d’envergure qui constitue un formidable vecteur d’accélération de l’éradication de l’apatridie au Gabon », déclare Prisca Koho Nlend.

Avant le Moyen-Ogooué, l’opération avait déjà été lancée dans les provinces de l’Estuaire, du Haut-Ogooué, de la Ngounié, de la Nyanga, de l’Ogooué-Ivindo, de l’Ogooué-Lolo, de l’Ogooué-Maritime et du Woleu-Ntem.

Pour rappel, le Programme d’accès à la citoyenneté et protection sociale des apatrides est conjointement mené par le ministère des Affaires sociales et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). Sa mise en œuvre s’inscrit dans le cadre du Plan d’Accélération de la Transformation (PAT) 2021 — 2023.

Les personnes apatrides sont dépourvues de nationalité et ne figurent sur aucun document officiel. Elles sont dites « invisibles ». Ce statut les prive de plusieurs privilèges. Elles éprouvent des difficultés d’accès à la santé, aux mécanismes de protection sociale, à l’éducation, etc et sont marginalisées.

Leave a reply