Le gouvernement ouvre le secteur des jeux de hasard à la concurrence

0
105
casino

L’État gabonais vient de mettre en place une commission supérieure des jeux de hasard. Dans ce cadre, le ministère de l’Intérieur invite les opérateurs économiques intéressés à se manifester. Le dépôt des dossiers a démarré ce jour et prendra fin le 14 juillet prochain.

Plusieurs catégories sont disponibles. La première regroupe les jeux de casinos, loteries, l’exploitation des machines ou appareils à sous. La seconde regroupe les jeux tels que les paris sur les courses de chevaux en salles, en hippodromes ou en kiosques, les paris sportifs en salles ou en kiosques. La troisième et dernière catégorie est dédiée aux entreprises de paris en ligne. Chaque opérateur est autorisé à souscrire à une ou à toutes les catégories. Les postulants devront payer des frais de dossier dont les montants sont non remboursables. «L’acquittement de ces frais n’implique aucune obligation de la part de la Commission», précise la commission supérieure des jeux de hasard.

Les opérateurs qui manifesteront leur intérêt, pourront obtenir des autorisations, licences, déclarations d’exploitation des établissements des jeux de divertissement, d’argent, de hasard ou en ligne. «L’autorisation d’exercer court sur une période de cinq ans renouvelable.», apprend-on.

Par ailleurs, ceux qui exercent dans le secteur et qui sont déjà installés dans le pays sont priés de prendre connaissance des nouvelles exigences de l’ordonnance N°0012/PR/2020 du 14 août 2020. Ledit texte porte «Réglementation des jeux de divertissement, d’argent et de hasard en République gabonaise».

Le rôle de la commission supérieure des jeux de hasard est de constater les manquements et proposer des sanctions en cas de violation des dispositions de l’ordonnance N°0012/PR/2020 du 14 août 2020.

Leave a reply