Le secteur de l’adoption des enfants bientôt régulé au Gabon

0
162
enfant

L’État gabonais souhaite réglementer l’adoption des enfants au Gabon. Guy Patrick Obiang Ndong, le ministre des Affaires sociales s’est récemment entretenu avec les responsables des centres d’accueil pour la protection des enfants en difficulté. Le directeur général des affaires sociales était également présent à la rencontre.

D’après le ministre, il urge de renforcer le cadre juridique dont dispose les centres d’accueil gabonais. Cela permettra de faire en sorte que les droits des enfants « soient strictement respectés comme le souhaitent les plus hautes autorités du pays ». Il a aussi déploré la mauvaise gestion dont font l’objet certaines de ces structures d’accueil. Il a constaté que les dossiers d’adoption s’y accumulent sans être traités dans un délai raisonnable. Une situation qui prive les enfants de famille et d’amour.

Guy Patrick Obiang Ndong a profité de l’occasion pour rappeler que les enfants ne doivent pas séjourner dans les centres d’accueil pendant plus de 3 mois. Il a par ailleurs, mis en garde « les agents des Centres d’accueil sur la divulgation des informations relatives à l’adoption ou au placement d’un enfant dans une famille gabonaise », apprend-on.

Des conventions seront bientôt mise en place avec les structures sanitaires publiques telle que le Centre hospitalier universitaire mère-enfant fondation Jeanne Ebori (Chumefje). Cela facilitera la prise en charge médicale de ces enfants. Une convention sera également signée avec la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs) pour l’immatriculation de ces derniers.

Une commission ad hoc a été instaurée par l’autorité gouvernementale pour statuer sur l’éligibilité des enfants dans ces centres ainsi que sur la procédure d’adoption. Il a instruit les responsables des maisons d’accueil pour fournir à cette commission un fichier complet de l’ensemble de leurs pensionnaires.

L’ambition de l’État gabonais est d’améliorer les conditions de vie de toutes les tranches de la population.

Leave a reply