Les accusations d’attouchements sexuels sur des femmes lors des fouilles en prison sont fausses

0
158

Depuis quelques jours, certains médias gabonais affirment que les femmes subissent des attouchements lors des fouilles à la prison centrale de Libreville. Une information que le ministre gabonais de la Justice, Erlyne Antonela Ndembet Damas a démenti. « Les accusations d’attouchements sexuels lors des fouilles au sein de la détention féminine reprises dans les réseaux sociaux ne sauraient être fondées », a-t-elle déclaré.

C’était lors de son audience devant la Commission des finances, du budget et des comptes économiques de la nation lundi dernier. Selon l’autorité gouvernementale, ces fouilles sont effectuées par des femmes. « Ce sont les femmes chargées de la surveillance au niveau du quartier féminin qui en assurent la responsabilité », explique-t-elle.

Aussi, la prison centrale de Libreville dispose-t-elle d’une nouvelle annexe moderne dédiée aux détenues femmes. Les travaux de l’annexe pour les détenus mineurs sont en cours, apprend-on. L’objectif de l’Etat est de désengorger les prisons.

Les femmes du milieu carcéral gabonais réclament depuis quelques temps de meilleures conditions de vie. Une doléance que les autorités du pays considèrent comme une priorité. Rappelons que le Gabon est un leader international en matière de respect des droits de l’homme en général et des femmes en particulier.

Leave a reply