Les autorités gabonaises annoncent une répression contre les opérateurs économiques

0
66
Nouvelle_mercuriale

La DGCC prévoit enclencher une démarche répressive contre les opérateurs économiques qui ne respecteront pas la nouvelle mercuriale. À cet effet, elle a organisé une période de sensibilisation à l’endroit de ces acteurs.

La Direction générale de la concurrence et de la consommation et la Direction du commerce ont organisé hier une journée de sensibilisation. Les grossistes, semi-grossistes et les détaillants étaient la cible de cette sensibilisation. La DGCC a procédé à l’occasion à l’affichage de la liste officielle des prix courants des denrées alimentaires vendues sur le marché (nouvelle mercuriale).

 

La sensibilisation vient en prélude à une période répressive qui va démarrer le 1er octobre 2022. Et le Directeur général ne compte pas y aller de main morte. Il a en effet rappelé aux opérateurs économiques les sanctions prévues par la loi dans ce cadre. Ces sanctions vont de « 5 000 à 300 millions de FCFA pour le non-respect des prix. ». « Il y a également des peines d’emprisonnement de 3 mois à 3 ans et des fermetures provisoires ou définitives des commerces », a déclaré Luther Steeven Abouna, directeur général de la DGCC.

 

Zéphirine Etotowa Ntutum, directrice générale du Commerce, a affirmé que le Ministère du Commerce délivre un agrément d’importateur « vie chère » à certains opérateurs économiques. Seuls les acteurs économiques qui importent les produits de première nécessité sont concernés par cet agrément.

 

Pour décourager le non-respect de la nouvelle mercuriale, le numéro vert 8085, le numéro WhatsApp 061 000193, une page Facebook et un site web ont été mis en place. Ces mesures viennent en appui à la brigade mixte.

 

La nouvelle mercuriale a été décidée le 15 septembre 2022. Une réunion entre le gouvernement, les opérateurs économiques et les associations des consommateurs a été organisée en amont dans ce cadre. La nouvelle mercuriale fixe les prix de 48 produits alimentaires importés. 

Leave a reply