L’État gabonais réagit face aux déclarations « gravissimes » de Jean Ping sur France 24

0
99
Madeleine Berre

Le gouvernement gabonais s’est prononcé hier sur les affirmations de l’opposant Jean Ping sur France 24 lundi dernier. C’était à travers un communiqué lu à la télévision par Madeleine Berre, porte-parole du gouvernement.

Les autorités gabonaises condamnent avec la dernière rigueur, les « propos séditieux » de l’ex leader de l’opposition. «De tels propos, gravissimes, sont inacceptables. Ils tombent d’ailleurs sous le coup de la Loi.», Indique le communiqué. Aussi, un accent particulier a-t-il été mis sur l’utilité capitale du respect de la constitution et des lois en vigueur. «Le Gouvernement gabonais tient à rappeler son profond attachement à la légalité constitutionnelle et son profond respect des règles démocratiques qui prohibent toute action violente à des fins politiques.», a indiqué Madeleine Berre. Par ailleurs, l’exécutif se «réserve le droit de porter plainte auprès des autorités judiciaires compétentes.».

L’État appelle les populations aux calme. Il les rassure quant à leur sécurité sur l’ensemble du territoire national. «Le Gouvernement tient à rassurer la population gabonaise sur le fait que leur sécurité est et sera pleinement assurée ; et la paix et la concorde garanties dans notre pays.», rapporte le porte-parole.

L’ancien candidat malheureux aux élections présidentielles de 2016, Jean Ping avait été invité sur la télévision publique française France 24 lundi dernier. Il y a lancé un appel à élaborer un coup d’état et a évoqué une probable guerre civile. 

L’opinion publique explique cette sortie médiatique par une apparente volonté de revenir sur la scène politique après plusieurs mois de silence. Les déclarations de Jean Ping ont été désapprouvées par l’ensemble de l’opposition du pays. Le gouvernement lui, a également soulevé «la responsabilité morale de France 24 en tant que diffuseur».

Leave a reply