Libreville : La semaine culturelle de l’Europe ouverte

0
330

En collaboration avec le ministère gabonais de la Culture et des Arts, l’Union Européenne (UE) a procédé au lancement officiel de la Semaine de l’Europe, à Libreville, le 3 mai 2021. L’événement s’inscrit dans le cadre de la diplomatie culturelle de l’Union Européenne en direction de l’Afrique. Le but est de contribuer à l’essor d’une industrie culturelle capable de générer de façon graduelle des emplois et de la richesse.

« Le lancement de la semaine de l’Europe dont l’édition de cette année célèbre le dialogue interculturel, (…) constitue un symbole fort de cette nouvelle dynamique de partenariat UA/UE qui devra faire de la culture un élément essentiel du développement de nos pays», a indiqué Michel Menga m’Essone, le ministre de la Culture et des Arts, à l’occasion de la cérémonie de lancement.

Les réflexions de l’édition 2021 de la Semaine de l’Europe tourneront autour du thème : « Art, culture et patrimoine, leviers pour l’édification de l’Afrique que nous voulons ».

Dans le but de promouvoir et de capitaliser la résilience des acteurs culturels au Gabon, la délégation de l’UE propose du 3 au 7 mai, le programme « Résilience artistique plus ».  Il s’agit d’un programme virtuel de formation, sous la forme d’un master-classes en ligne. Selon Rosario Bento Pais, le chef de la délégation de l’UE à Libreville, « ces formations structurantes seront dispensées en ligne par des experts culturels spécialistes de l’entrepreneuriat culturel, pour le développement d’une industrie culturelle et créative au Gabon, et l’établissement d’une dynamique de réseautage entre acteurs culturels d’Afrique centrale, de l’ouest et d’Europe ».

L’ouverture de la semaine a été marquée par le visionnage d’un film documentaire livrant l’expérience des acteurs culturels face à la Covid-19, « Les talents de la résilience », ainsi qu’une exposition photo baptisée « R…comme résilience… ».

Les expositions se poursuivront du 3 mai au 31 juillet au musée de Libreville, et du 5 au 29 mai, à l’Institut Français du Gabon.

Leave a reply