L’UNESCO et l’État gabonais unissent leurs forces pour la réinsertion des détenus

0
307

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) envisage de contribuer à la réinsertion des jeunes détenus gabonais. À cet effet, un programme d’initiation à l’informatique sera prochainement lancé dans le pays. Les détenus de la prison centrale de Libreville seront les premiers bénéficiaires de cette formation. L’annonce a été récemment faite par Eric Vili Bi, le représentant résident de l’UNESCO au Gabon. C’était lors d’une audience que lui a accordé le ministre de la Justice, Erlyne Antonela Ndembet Damas, jeudi dernier.

L’ambition de l’UNESCO est de mettre en œuvre plusieurs autres projets, outre le secteur numérique, dans le milieu carcéral gabonais. Le présent programme de formation aux métiers du numérique est une phase pilote. L’institution onusienne entend profiter de la réussite dudit programme pour mobiliser davantage de financement. « La réussite de la phase pilote (…) devrait aider à mobiliser plus de financement auprès de partenaires privés vu l’ambition d’étendre le projet dans le reste des prisons du pays », a indiqué le représentant résident de l’UNESCO au Gabon.

Erlyne Antonela Ndembet espère que ce programme permettra aux jeunes détenus de tirer profit de leur séjour en prison. Au cours de l’entretien, le ministre de la Justice n’a pas manqué de réitérer l’engagement du Gabon à renforcer sa relation avec l’UNESCO. L’objectif du gouvernement gabonais est d’améliorer les conditions de détention des prisonniers au Gabon. Depuis plusieurs années, des mesures ont été prises dans ce sens. Des formations ont été organisées à l’endroit des concernés. Certains jeunes prisonniers ont même été scolarisés. Par exemple, tous les candidats de la prison centrale de Libreville ont réussi à l’examen du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), l’année scolaire écoulée.

Leave a reply