ONU : le Gabon a plaidé pour une gestion spéciale des femmes et jeunes

0
82
Représentante-gabon

Mercredi dernier, le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu une séance dédiée à l’examen du rapport 2021 de la Commission de consolidation de la paix. Le Gabon a saisi l’occasion pour plaider pour une gestion spéciale des femmes et jeunes. L’objectif est de faire en sorte qu’ils soient moins vulnérables à la radicalisation dans les conflits souvent observés dans le monde.

Cette suggestion a été faite par la représentante du Gabon Annette Andrée Onanga. Selon elle, il est primordial d’éviter que les femmes et les jeunes soient « détournées vers le piège de la radicalisation ». Pour cela, il faut renforcer les mécanismes nationaux de prévention des conflits. Des cadres institutionnels inclusifs susceptibles d’accroître l’endurance des sociétés face aux risques de conflits devront être mis en place. Le secteur privé et la société civile doivent aussi être associés à la lutte.

D’après le Gabon, les couches les plus vulnérables dans les zones de conflit sont les femmes et les jeunes. Ils sont facilement perméables aux discours radicaux, surtout lorsqu’ils vivent dans l’extrême pauvreté. Les groupes armés ou radicaux se servent facilement d’eux pour les attentats à la bombe ou révoltes populaires. Les encadrer devrait permettre de résoudre la situation.

 

Leave a reply