Politique : Craignant une défaite lors de la présidentielle de 2023, l’opposition gabonaise dénonce une présumée fraude

0
571

Le président du parti politique Le Gabon nouveau (LGN) invite l’opposition gabonaise à se soulever contre une présumée « fraude électorale ». Selon Mike Jocktane, « le pouvoir » aurait élaboré une stratégie frauduleuse pour remporter l’élection présidentielle de 2023. « Il est évident maintenant qu’Ali Bongo veut se maintenir au pouvoir », a-t-il déclaré.

Selon certaines sources, le président du LGN lance cet appel, car il est persuadé que tous les partis de la majorité accorderont leur soutien au Chef d’État. Seule une union de l’opposition pourrait alors permettre d’éviter une « fraude électorale » et une future défaite. L’objectif est d’« assurer un scrutin équitable, empêcher la fraude du pouvoir autant que possible, réformer les règles du scrutin », a de son côté indiqué, Mike Jocktane sur sa page Facebook mardi dernier. Il appelle les membres des partis politiques à travailler pour l’intérêt de la nation et non l’intérêt individuel.

Cette incitation à l’union pour éviter une éventuelle fraude témoigne de la fragilité de l’opposition. Elle est divisée. Il est fort probable que Jean Ping ne soit pas candidat à la présidentielle de 2023. L’Union du peuple gabonais (UPG) prévoit proposer son propre candidat. Les membres du parti Appel à agir comptent bien présenter un jeune candidat. On constate plusieurs divisions au sein de l’UN et du RPM. Alexandre Barro Chambrier et Charles M’Ba sont déjà en précampagne électorale. Pour Mike Jocktane, seul cet « ennemi en commun » responsable d’une présumée fraude électorale est capable de les unir.

D’aucuns pensent que l’appel du président du LGN est le reflet de la fébrilité qui prévaut au sein de l’opposition à deux ans de la présidentielle. Pour se consoler un peu, il clame la défaite avant même que la compétition n’ait lieu.

Leave a reply