Pour un meilleur suivi des hydrocarbures : Le Gabon réorganise la Direction générale des études et laboratoires (DGEL)

0
420

Trois nouvelles structures s’ajoutent aux services de la Direction générale des études et laboratoires (DGEL). Le Conseil des ministres du 10 juin dernier a adopté un projet de loi portant réorganisation de l’institution. D’après les autorités gouvernementales, cette restructuration garantira un meilleur suivi des hydrocarbures et mines du Gabon.

Les trois nouvelles structures de la DGEL sont les directions du laboratoire des hydrocarbures ; du laboratoire des produits minéraux ; des études, des affaires juridiques et des statistiques. Ces nouveaux services viennent s’ajouter aux services d’appui, aux services centraux et aux services territoriaux.

Cette réforme vise à pallier le vide juridique occasionné par les évolutions des secteurs des hydrocarbures et des mines au Gabon. Elle « harmonise l’organisation et les attributions de la DGEL », apprend-on. Selon le communiqué final du Conseil des ministres, le nouveau décret concerne des secteurs spécifiques. Il « concerne la matière du biocarburant ou de l’agrocarburant, des lubrifiants, des produits gaziers, des produits minéraux et les règles QHSE [Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement] », indique la note. L’État pourra désormais gérer les hydrocarbures et mines de façon sectorielle.

Le secteur du pétrole et des hydrocarbures a contribué à 37,7 % du PIB et 70,5 % des exportations totales, en 2020. La pandémie à Covid-19 a entraîné une baisse de 9,8 % des ventes à 2 126,7 milliards de FCFA. Le secteur minier, quant à lui, a enregistré une perte de 1,8 % à 26 748 milliards de FCFA.

Il faut noter que l’économie gabonaise dépend majoritairement de ces deux secteurs.

 

Leave a reply