Pression morale, viol : de nouveaux dossiers font surface dans l’affaire BLA

0
1121
Brice Laccruche Alihanga

L’affaire BLA n’est plus seulement liée à l’usage de faux documents ou au détournement de fonds. Une vague de révélations a été faite. Brice Laccruche Alihanga aurait exercé des pressions morales sur des hauts cadres du gouvernement pour arriver à ses fins. L’un d’eux s’est récemment prononcé sur le sujet.

Il affirme que l’homme politique l’aurait violenté. ‘‘ « J’avais juste demandé à comprendre l’objet du décaissement de plusieurs milliards de Francs CFA ordonné par le DCPR. Quand il l’a appris, le soir, il a envoyé une équipe chez moi. Ses hommes de mains m’ont tabassé. Trois d’entre eux ont violé ma femme devant moi. Ils m’ont promis qu’ils reviendraient pour ma fille si je ne fermais pas ma grosse bouche’’, a révélé un haut cadre gabonais sous anonymat.

Ministres, militaires et hauts cadres, responsables politico-administratifs ; ils sont nombreux à avoir été visités certains soirs par l’escadron de BLA. C’était le moyen le plus utilisé par l’ancien directeur de cabinet du président de la République pour régler les comptes à toute opposition à ses décisions ou actions.

Etienne Massard, l’ancien ministre gabonais de la Défense, dit avoir reçu des menaces de BLA après sa destitution brusque et sans décret. Une situation qui date de la convalescence du président Ali Bongo au Maroc en 2018.  »Mais vous pensez que BLA maitrisait les gens avec l’argent seulement ? S’il devait faire violer toutes les femmes de votre famille, pour avoir quelque chose, il n’aurait pas hésité. C’était un chef de gang’’, a raconté un ancien membre de l’Association des jeunes volontaires engagés (AJEV).

Brice Laccruche Alihanga serait soutenu dans ses écarts par des personnes de son entourage. Il s’agit entre autres du député Arsène Nkoghé et du maire Akassaga. Leurs victimes envisagent de porter plainte contre toute la bande. L’affaire risque de faire grand bruit dans les tout prochains jours.

Leave a reply