Sécurité : La hiérarchie met en garde les militaires indisciplinés

0
385

Une cérémonie de rappel au respect du code de l’honneur des Forces armées gabonaises s’est récemment tenue au Gabon. Elle était présidée par Yves Ditengou, le Chef d’État-major général des Forces armées gabonaises (CEMGFAG), le général de division. L’initiative visait à entretenir les agents de sécurité nationale sur leurs écarts de comportements.

Selon l’autorité hiérarchique, les militaires des Forces Armées Gabonaises s’adonnent à plusieurs activités interdites dans le corps. « Il ne se passe plus un jour sans qu’un militaire des FAG ne soit déféré pour possession de produits illicites visés supra ou impliqués dans les réseaux d’écoulement de ceux-ci », s’est plaint Yves Ditengou. Les cas d’abandon de poste sont devenus très fréquents. Certains agents consomment abusivement de l’alcool. D’autres en vendent. D’autres encore, consomment des stupéfiants « tels que le chanvre indien, cocaïne, héroïne et produits psychotropes du genre Tramadol », apprend-on.

Ces écarts de comportements des agents censés ramener l’ordre indignent au plus haut point le CEMGFAG. « C’est désormais tolérance zéro ! », a-t-il martelé. D’après le Chef d’État major, le ministre de la Défense est également remonté. Il a instruit tous les corps des forces de défenses nationales pour que l’ordre soit rétabli au plus tôt. Outre les FAG, les agents de la Gendarmerie nationale et de la Garde républicaine ont reçu de fermes instructions. « Tout militaire impliqué sera systématiquement traduit devant un Conseil de discipline avec une seule sanction : la radiation, avec perte d’effets et attributs médiatisée, pour servir d’exemple », prévient Yves Ditengou.

L’ambition du Chef d’État major général des Forces armées gabonaises est de redorer l’image de l’Armée. Selon, ces écarts de comportements font mauvaise presse auprès des populations gabonaises.

Leave a reply