Vers la mise en place d’une politique nationale d’évaluation de la bonne gouvernance au Gabon

0
221

L’Etat gabonais envisage d’instaurer prochainement une politique nationale d’évaluation. C’est dans ce cadre que le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance a initié un atelier à l’endroit des acteurs institutionnels. L’initiative a bénéficié de l’appui du Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef) et du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). La séance de travail a eu lieu lundi dernier. L’objectif était d’entretenir les participants sur la planification, la mise en œuvre et l’utilisation du nouvel outil, apprend-on.« La politique nationale de l’évaluation doit être un acquis pour tous les acteurs de l’évaluation », a déclaré le ministre.

A travers cet atelier, le gouvernement entend inciter les agents publics à cultiver la bonne gouvernance. Les participants y ont reçu les bases, informations nécessaires et les principes de l’évaluation. « Il est important que tous nous parlons un même langage lorsqu’on parle d’évaluation et de bonne gouvernance », a indiqué Noël Marie Zagre. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvres des recommandations de la 5e journée nationale de l’évaluation tenue à Libreville le 31 mai dernier.

D’après les autorités, la mise en place de la politique nationale d’évaluation présente de multiples avantages. Elle permettra d’optimiser la vie des Gabonais à travers l’instauration de politiques efficaces. L’action publique sera plus efficace et pourra mieux répondre aux besoins des populations. « Il est impérieux que la culture de l’efficacité, de la transparence et de la reddition des comptes intègre la mise en œuvre de l’action publique pour espérer un développement ordonné de notre pays », indique Francis NkeaNdzigue.

Les cas de détournement de deniers publics représentent l’un des plus grands problèmes du pays. De 2012 à 2016, l’Etat gabonais a payé frauduleusement une importante somme de 600 milliards de FCFA aux fournisseurs. C’est ce qu’indique un audit réalisé par la direction générale du Budget et des finances publiques. Cette situation met à mal le climat des affaires dans le pays.

L’ambition du gouvernement gabonais est de promouvoir une gestion saine des affaires publiques et de consolider l’Etat de droit.

Leave a reply